HOMME

Selon Martine Segalen (Les Enfants d'Achille et de Nike, 1995) "Spiridon s’appliqua à démocratiser la course à pied, montrant qu’elle n’était réservée ni à la jeunesse, ni aux stades, ni aux personnes de sexe masculin (...) En favorisant la course libre Spiridon a peu à peu attiré à la course à pied des milliers puis des millions d’adeptes, cependant qu'aux États-Unis, en Nouvelle-Zélande (où est né le jogging), et un peu partout ailleurs, des mouvements analogues aboutissaient au même phénomène de société".